(1838 - 1904)
Zoólogo, botánico y médico. Desarrolló una amplia labor en la Real Sociedad Económica de Amigos del País de La Habana. Autor de un depurado estilo literario, dio a conocer numerosas contribuciones científicas.
Sciences biomédicales
2002 | Modelage mathématique de la régulation immune par l’intermédiare de la tolérance dominante
Organisme exécuteur principal: Centre d´immunologie moléculaire
Auteur principal: Kalet León Monzón.
Résumé:

C’est la première étude quantitative parue dans la littérature sur le phénomène de la tolérance dépendante des cellules T en utilisant des techniques biomathématiques. Il s’agit d’une technique dans laquelle on construit des formalismes mathématiques qui sont simulés dans des ordinateurs ce qui est indispensable à  la compréhension des phénomènes immunologiques au fur et à  mesure que la science surpasse les approches réductionnistes du 20e siècle et les remplace pas des analyses au niveau des systèmes complexes. Dans ce cas, les propriétés du système telles que la tolérance et l’immunogénicité ne sont pas considérées comme des caractéristiques des cellules composantes ; par contre des propriétés dynamiques sont étudiées dans l’ensemble du système. L’intuition tout comme les analyses quantitatives ratent à  ce niveau de complexité, donc les outils obtenus dans ce travail deviennent essentiels afin de comprendre les phénomènes et de dessiner de nouveaux expériments.

Les auteurs:

  • 1. Construisent un formalisme mathématique sur la base des équations différentielles pour décrire les interactions entre les cellules présentatrices d’antigène, les lymphocytes effecteurs et ceux régulateurs,
  • 2. Appliquent les modèles sur l’effet de la sortie permanente de nouveaux clones cellulaires du thymus,
  • 3. établissent quatre modèles possibles d’interaction tricellulaire. Ils obtiennent les plans des phases et mènent l’analyse de bifurcation de chacun de ces modèles. Ils écartent les deux premiers modèles parce que ceux-ci ne s’adaptent pas aux données expérimentales,
  • 4. Prédisent, selon les modèles 3 et 4 que la population de cellules T regulatrices doit augmenter lors de l’interaction avec les cellules effectrices et ils obtiennent des données expérimentales sur l’occurrence d’une telle prolifération (modèle 3),
  • 5. Obtiennent une explication tout à  fait nouvelle au sujet de la sélection positive et la sélection négative dans le thymus qui diverge de la vision traditionnelle de ces phénomènes tout en établissant le fait que la sélection positive est nécessaire afin d’assurer un nombre suffisant de cellules autoréactives et de faciliter la tolérance alors que la sélection négative des affinités très élevées est indispensable afin d’éviter l’apparition de cellules régulatrices à  haute affinité sur la périphérie qui empêcheraient de réagir contre les antigènes étrangers,
  • 6. Prédisent la réaction épidémiologique inverse entre l’incidence des maladies autoimmunes et l’incidence de plusieurs infections courantes, ce qui n’avait pas une explication théorique assez claire jusqu’ici. Ils prédisent les conditions sous lesquelles il est possible ‘’une vaccination’’ contre les cellules cancereuses y compris quelques conditions ‘’contre-intutives’’ telles que la nécessité de combiner des vaccins avec le traitement de réduction de lymphocytes régulateurs.