(1923 - 1998)
Geógrafo, espeleólogo y arqueólogo. Primer Presidente de la Academia de Ciencias de Cuba, Presidente fundador de la Federación Espeleológica de América Latina y el Caribe y de diversas sociedades científicas nacionales e internacionales.
Sciences sociales et humanités
2005 | « Lien révolutionnaire entre José Martí et Antonio Maceo dans la lutte pour l’indépendance nationale (1882-1895) »
Organisme exécuteur principal: Université d´Oriente
Auteur principal: Dr. Israel Escalona Chádez
Résumé:

Cette recherche est née comme réponse à  une exigence indispensable de l'historiographie cubaine qui n'a pas de précédents qui traitent d’une manière intégrale et monographique le sujet des relations entre deux personnalités si importantes de la nation cubaine.

Le résultat de plusieurs années de recherche scientifique a été exprimé dans le travail de thèse avec lequel son auteur a obtenu le titre de Dr. ès Sciences Historiques à  l'Université de La Havane en 2000; et dans la publication de nombreux articles parus dans des publications périodiques locales, des magazines spécialisés; ainsi que dans la publication d’articles, d’études d'introduction et monographies parues dans des livres et des éditions brochées.

Avec cette recherche a été démontré le traitement historiographique insuffisant du sujet objet de l’étude: Martí et Maceo ont établi des rapports personnels caractérisés par la compréhension des problèmes de la colonie et la définition du chemin révolutionnaire comme le seul pour obtenir l'indépendance nationale et en même temps, accomplir des objectifs d’une portée continentale; dans le développement de leurs rapports révolutionnaires il y a eu des périodes de rapprochement, et d’autres de rupture temporaire, de très peu de communication et d’éloignement total, conséquence, d’ensemble avec leurs formations respectives et leurs expériences historiques, de la situation des événements et le courant des idées autour d’eux; en plus, parmi les conceptions de José Martí et Antonio Maceo a eu des convergences et des divergences.

Faite avec un esprit exhaustif, la recherche ne néglige pas pratiquement aucune pièce de la bibliographie sur le sujet et fait une révision soigneuse du matériel documentaire - publié et inédit -, ce qui peut être apprécié dans le système de références et notes d’une richesse impressionnante qui constitue presque la troisième partie du texte dans le livre ci-avant mentionné. Une telle abondance d'information appuie l'analyse méticuleuse qui fonde une argumentation bien tramée et des jugements équilibrés.

Il s’agit d’un travail original dont la thèse centrale est d’une grande valeur historiographique et politique: au-dessus de leurs points en commun qui en étaient plusieurs, beaucoup plus que ceux qui sont habituellement remarqués, et au-dessus de leurs différences, Martí et Maceo ont partagé des identités essentielles autour de la nécessité de l'indépendance de Cuba dans des circonstances en ce moment là , de leur confiance en les secteurs populaires, de leur attachement à  la souveraineté nationale.